Le baroudeur à vélo d'Angers
VIDÉO La catastrophe d'Angers en vidéo [Lire la suite...]

Ce qu'il faut savoir sur le casque vélo

Un casque vélo en ville, pour les gamins et les sportifs à vélo je veux bien mais pour un cyclotouriste (adulte) sur une voie verte bien séparée des bagnoles genre le long du canal de Nantes à Brest ou sur une ancienne voie ferrée aménagée pour les cyclos... JE DIS NON
Sur les chemins sans bagnoles où je me balade à vélo, que peut t-il m'arriver d'autre qu'un refus de priorité de la part d'un chevreuil sortant d'un bois ?
Et obliger un cyclo à porter un casque est une entrave à sa liberté... ça va être quoi après, les protèges clavicules, les coudieres, genouillères et gants obligatoires !
Et vous avez remarquez, c'est évidemment sur les cyclos que l'on tape et pas sur les piétons pourtant le nombre d"accident ayant causé la mort d'un piéton est plus élevé que ceux ayant causé la mort d'un cyclo.
Et le rendre obligatoire ferait certainement chuter la pratique du vélo comme par exemple "en Australie, où cette "contrainte" a fait chuter l'utilisation du vélo chez les jeunes au profit des engins motorisés" (Source: cycloblog.fr)
Et le risque du port du casque obligatoire risque de faire baisser l'attention des cyclistes qui se sentent plus protégés et font de plus en plus d'erreurs de conduite comme griller des feux rouges par exemple.
(Par le baroudeur à vélo)

La phrase qui tue !

"Un casque pour cycliste protège le crâne jusqu'à des chocs à 20 km/h" (19/10/2017)
Cette phrase lue dans plusieurs articles sur le net et notamment sur le site du CNRS (Centre national de la recherche scientifique) prouve ce que je crie depuis des lustres, un casque sur la tronche d'un cyclo ne le protégera pas d'un choc face à une bagnole de plus d'une tonne roulant à 50 km/h.
(Par le baroudeur à vélo)

Mon constat dans les rues d'Angers

Le vrai problème c'est pas le casque, c'est le comportement des automobilistes et la façon de rouler à vélo.
Par exemple à Angers, je vois tous les jours des cyclos griller des feux rouges et autres stops ou encore en défaut d'éclairage à la nuit tombée (même sur des vélos estampillés "Ville d'Angers")
Trop de cyclos ne se soucient pas du réel danger d'utiliser leur smartphone en conduisant leur vélo.
Beaucoup trop de cyclos ne respectent ni les feux rouges, ni les stops.
Beaucoup trop de cyclos ne se soucient pas en fin de journée de l'éclairage sur leur vélo.
Beaucoup trop de cyclos frôlent les voitures garées et prennent le risque de l'accident de portière (emportiérage).
Trop peu de cyclos indiquent un changement de direction en tendant un bras.
Etc...
Vous l'avez compris, avant de nous obliger à porter un casque il faudrait nous apprendre ou ré-apprendre à conduire à vélo.
L'autre vrai problème c'est le non respect des vélos par les conducteurs de véhicules à moteur en particulier les bagnoles, là aussi il faudrait leur apprendre à respecter un peu plus les vélos notamment la distance de sécurité lors du dépassement d'un cyclo.
Apprendre aussi aux conducteurs à être concentré à 100% sur leur conduite par exemple en n'utilisant pas leur téléphone en conduisant.
Non non je n'ai pas oublié les espaces réservés aux velos comme les pistes cyclables, ya beaucoup de boulot à faire à commencer par verbaliser les véhicules garés dessus.
(Par le baroudeur à vélo)

Avez-vous remarquez !

Dans les accidents de vélo publiés dans la presse notamment sur Google actu (internet), il n'est jamais précisé si le cycliste portait un casque ou pas !
Si le casque vélo protège si bien que ça... pourquoi ne pas indiqué si le cycliste victime d'un accident avait un casque ou n'en avait pas !
(Par le baroudeur à vélo)

Le faux problème du casque vélo

Le casque vélo a l’immense avantage d’apparaître comme une solution simpliste à un problème compliqué. Dans la tête des gens, le problème est simple: « je suis à vélo, je me fais renverser par une voiture, je tombe et le casque va me sauver, donc le casque c’est bien ». Il s’agit par ailleurs d’une approche totalement individuelle centrée sur l’illusion de sécurité apportée par le casque. Or, le problème est beaucoup plus complexe que cela, avant de parler de casque, il faut parler du comportement des automobilistes et de la place laissée aux cyclistes sur la chaussée.
Source: carfree.fr (2014)

Il a été prouvé que porter un casque ne changeait pratiquement rien à la sécurité globale des cyclistes

Il a été prouvé que porter un casque ne changeait pratiquement rien à la sécurité globale des cyclistes. L'incidence des blessures à la tête (ou des blessures en général) n'est pas plus faible dans les pays où les cyclistes sont obligés de porter un casque, ou lorsque le port du casque est très répandu, par rapport aux pays où le casque n'est pas obligatoire.
Lorsque les rues et les routes sont bien conçues, on sent qu'on peut faire du vélo en toute sécurité, et les gens sont autant en confiance sur leur vélo que s'ils prenaient leur voiture ou le bus, ou s'ils marchaient à pied. Des infrastructures de bonne qualité ont un effet bien plus profond sur le nombre de cyclistes et leur sécurité que des équipements de protection individuels.
A l'inverse, l'environnement peut être si hostile au vélo dans certains régions du monde que beaucoup de gens se sentent contraints de porter un casque ou d'autres protections, bien que cela n'améliore guère leur sécurité. Lorsque une forte proportion des cyclistes porte un casque, c'est le signe que les pouvoirs publics ont échoué à concevoir des infrastructures adaptées aux vélos.
Il est prouvé que rendre le port du casque obligatoire a un effet négatif : cela décourage les gens de faire du vélo, ce qui nuit à la sécurité de ceux qui en font, et prive la société du bénéfice d'une population plus active et en meilleure santé. Porter un casque ou non devrait être un choix individuel, comme pour tout autre équipement de protection.
Les effets de bons aménagements ne peuvent être ignorés : les Pays-Bas, qui sont le pays au monde dont la plus large part de la population fait du vélo et où la sécurité des cyclistes est la meilleure, sont également le pays où le port du casque est le moins répandu. Pour améliorer réellement la sécurité des personnes circulant à vélo, les mesures les plus importantes à réclamer concernent les infrastructures.
Source: cyclingfallacies.com (2016)

Pourquoi pas le casque sur la tête des piétons !

Sur les routes de France en 2015, 468 piétons ont été tués contre 149 cyclistes, mais on n'emmerde pas les piétons avec un casque sur la tronche.
Source des chiffres: securite-routiere.gouv.fr (2016)

En 2016 la mortalité des piétons a augmenté de 16% par rapport à 2015, d'ailleurs à ce sujet de nouveaux radars piétons vont faire leur apparition dans plusieurs villes de France, le risque pour les automobilistes qui ne respectent pas la traversée de piétons sur un passage piétons c'est 135€ d'amende et 4 points en moins sur le permis.
Source: BFMTV (10/12/2016)

La mortalité des piétons a augmenté de 16% en 2016 par rapport à 2015
(image: BFMTV le 10 décembre 2016)

Bien sur on ne parle jamais des autres !

Trottinette, monoroue, skateboard et autre smartboard, hoverboard et gyropode, bref tout ce qui est micromobilité urbaine (électrique ou pas), très peu de personnes les font chier avec le port du casque et pourtant ces modes de mobilités sont en pleines essors et pour certains de vrais casse-gueule (surtout pour les débutants).
(Par le baroudeur à vélo)

Pourquoi pas le casque sur la tête des automobilistes !

Il se trouve que pour sauver des vies, il serait infiniment préférable d’imposer le port du casque aux automobilistes plutôt qu’aux cyclistes! Il est maintenant admis que si les automobilistes portaient un casque, on pourrait sauver des centaines de vies par an, soit beaucoup plus que les cyclistes morts lors de leurs déplacements urbains.
Source: carfree.fr (2014)

Le casque vélo vraiment efficace et anti-commotion cérébrale

D’après la science, pour qu’un casque vélo soit réellement efficace contre les commotions cérébrales, il devrait ressembler à cela.
Une association de promotion du casque vélo (?) de Washington aux USA a demandé à deux experts quelle épaisseur de mousse serait nécessaire pour transformer un casque de vélo que l’on peut trouver sur le marché en un véritable casque anti-commotion cérébrale.
Les deux experts ont produit une analyse chiffrée et l’association a réalisé un casque sur la base des chiffres des deux experts (photo)
Bon, le casque en question n’est peut-être pas très pratique à utiliser tous les jours sur son vélo pour aller au boulot par exemple, mais c’est garanti anti-commotion cérébrale!
Par contre, cela amène une question: à quoi servent réellement tous les casques vélo que l’on trouve sur le marché? Vous avez trouvé la réponse? A rien.
Source: carfree.fr (3 octobre 2016)

Le meilleur casque vélo du monde

Comment diminuer la mortalité chez les cyclistes ?

Selon Kay Teschke, professeure à l’université de Colombie-Britannique et coauteure en 2015 d’une importante étude canadienne comparant les taux d’hospitalisation de cyclistes d’une province à l’autre, le port du casque n’est certainement pas la meilleure façon de réduire la mortalité à vélo.
Le but de l’étude était d’évaluer si une loi rendant le port du casque obligatoire serait efficace. Au Danemark et aux Pays-Bas, le port du casque est rare. Pourtant, les taux de décès chez les cyclistes sont 3 à 5 fois plus bas qu’aux États-Unis, au Royaume-Uni ou au Canada, où l’utilisation du casque est fréquente », souligne-t-elle.
Le Dr Lavoie rappelle d’ailleurs un concept important : le casque ne prévient pas les accidents, mais plutôt les blessures en cas d’accident. « Le casque est une mesure de deuxième ligne, insiste le médecin. La meilleure chose à faire en prévention, c’est plutôt d’éviter que ces événements surviennent.
Source: sciencepresse.qc.ca (27 septembre 2016)

Des chiffres d’accidentologie stables

Attention aux chiffres que vous pouvez lire, tout peut être traduit différemment selon la manière de mettre en avant telle ou telle donnée. Le nombre de cyclistes tués de 2009 à 2014 est stable en Île de France par exemple, avec une légère augmentation entre 2013 et 2014.(2) Au niveau de l’évolution du nombre de blessés hospitalisés aussi, les chiffres sont stables depuis 2009.
Pourtant, ces chiffres doivent être compris et lus en gardant en mémoire qu’entre 2001 et 2010, le nombre de déplacements à vélo a été multiplié par deux.
Source: consoglobe.com (8 mars 2016)

Le saviez-vous: La Fédération Française de Cyclotourisme (FFCT) contre le casque et le gilet fluo obligatoire

La FFCT s'oppose au port du casque et du gilet fluo obligatoires, estimant que ces éléments doivent rester facultatifs sur les routes françaises.
Sur la route, un cycliste est vulnérable. Face aux automobilistes mais aussi face aux fautes qu'il peut commettre lui-même. C'est pourquoi le port du casque doit demeurer un réflexe... mais pas une obligation, au regard de la Fédération Française de Cyclotourisme (FFCT)
Source: cycloblog.fr (18 janvier 2010)

Le texte officiel de la Fédération française des usagers de la bicyclette qui est fermement opposés à toute loi qui interdirait de circuler à vélo sans casque

>>> A lire ici

Dommage d'obliger le casque vélo lors d'une manifestation

De plus en plus d'associations ou d'organismes organisant des manifestations à vélo obligent les cyclos à porter un casque pour participer.
Par exemple lors de l'excursion "Je pédale pour l'institut Pasteur" organisé par Vivons Vélo à Angers le 8 octobre 2016, le port du casque étant obligatoire, je n'ai pas pu y participer.
Je rappelle à ce genre d'organisation et autre association que le casque vélo n'est pas encore obligatoire en France, il est donc inutile de nous l'imposer.
(Par le baroudeur à vélo)

Pourquoi protéger la tête et pas le reste du corps ?

Des chercheurs de l’Université de Colombie-Britannique ont analysé tous les rapports d’hospitalisation de cyclistes âgés de 12 ans et plus au Canada sur une période de cinq ans, entre 2006 et 2011.
Ils ont découvert que la vaste majorité (87 %) des blessures à vélo survient sur des parties du corps autres que la tête. Mais plus surprenant encore : le port du casque obligatoire a peu d’effet sur les blessures à la tête, au cuir chevelu, au cerveau, au crâne, au visage ou au cou.
Source: ledevoir.com (12 novembre 2015)

Le casque vélo obligatoire pour les moins de 12 ans

A partir du 22 mars 2017, les enfants de moins de 12 ans devront porter un casque à vélo, qu'ils soient conducteurs ou passagers.
Si un adulte transporte à vélo un enfant passager non casqué ou accompagne un groupe d'enfants non protégés, il risque une amende de quatrième classe (90 euros).
Le décret n° 2016-1800 relatif à cette obligation est paru le 22 décembre 2016 au Journal officiel.
Source: interieur.gouv.fr (22 décembre 2016)

Pourquoi le casque vélo risque un jour de devenir obligatoire pour tous

1/ Le casque vélo pousse les cyclistes à prendre plus de risque parce qu'ils se sentent plus protégés et donc le nombre d'accident de vélo risque d'augmenter.
2/ Les VAE (vélo à assistance électrique), de part sa vitesse maxi autorisée en France (25 km/h) va tous nous pénaliser parce que plus grande vitesse = plus grand risque d'accident.
3/ Tous les pros du casque vélo qui veulent se donner bonne conscience en oubliant souvent de rappeler que le réel danger d'un cycliste ce n'est pas lui-même, mais les autres en particulier les bagnoles.
4/ Les lobbys et autres assureurs automobiles qui mettent la pression et qui trop souvent culpabilisent les cyclos dans les accidents.
Conclusion: Avant de penser à nous protéger, commençons d'abord par apprendre aux autres à nous respecter sur la route.
(Par le baroudeur à vélo)

Suggestions: casque velo route | casque velo enfant | casque velo decathlon
Tag: Vélo
Publié par le 19/10/2016
(Mise à jour le 8/11/2017)